Jeu d’argent : Comment fait-on pour déclarer ses gains ?

Loto, paris sportifs ou poker, les joueurs aux jeux d’argent sont nombreux à remporter des sommes importantes. Cependant, dans le cadre des jeux d’argent, les vainqueurs oublient souvent leurs obligations lorsqu’ils sont emportés par l’euphorie et la joie de gagner. En effet, les joueurs vainqueurs sont soumis à une obligation de déclaration des gains aux impôts. Mais en quoi consiste alors cette obligation de déclarer ses gains ? On vous dit tout à travers cet article.

Les gains aux paris sportifs

Si les sommes touchées au Betclic ou au PMU, qui ne dépassent pas généralement les centaines d’euros, sachez que vous n’allez pas être taxés. Toutefois, les gains dans le cadre des paris sportifs peuvent atteindre les millions d’euros voire même des dizaines de milliers d’euros. Même dans ces cas, il n’existe pas d’imposition des gains aux paris sportifs. Les paris sportifs sont considérés comme de purs hasards, même si les jeux nécessitent de réelles qualités de pronostics.

Les gains PMU, courses hippiques ou tout autre pari sportif ne saura être soumis à l’impôt sur le revenu. Sauf dans le cas où les gains représentent l’équivalent d’un revenu mensuel. Toutefois, même si les gains aux paris sportifs ne sont pas soumis à une imposition spécifique, la CRDS ou la Contribution pour le Remboursement de la Dette sociale s’applique parfaitement. Dans le cas échéant, on se verra appliquer l’ISF ou l’Impôt de Solidarité sur la Fortune.

Les gains au poker

La législation sur l’imposition des gains au poker reste très peu précise. Toutefois, certains gains doivent impérativement être déclarés à l’administration fiscale. Ils ne sont cependant pas déclarables en tant que gains commerciaux. En effet, la déclaration des gains au poker dépend de la fréquence de ces derniers et du statut du joueur. Les gains réguliers pouvant être mensuels vont attirer l’attention de l’administration fiscale.

Il est important de savoir que le poker n’est pas à proprement parler un jeu de hasard. Sachant que les jeux de hasard ne sont pas imposables, les gains de poker peuvent être imposables. En effet, si les gains constituent un revenu complémentaire, issue d’une seconde activité régulière, ils seront imposables. Pour ne pas être imposé sur vos gains, le tout est de pouvoir prouver que les gains perçus ne sont pas le fruit d’une activité annexe.

Les gains au loto

Loto ou Euromilions, le principe est que les gains perçus dans le cadre des jeux de hasard ne sont pas imposables. Cependant, cette idée est tellement répandue que les joueurs vainqueurs oublient l’application de la CRDS et l’ISF. La CRDS est en fait une contribution mise en place pour combler le déficit de la Sécu. La CRDS représente 0,5 % sur tous les types de revenus y compris une jolie cagnotte gagnée au loto.

La taxe sur les très hauts revenus ne s’applique cependant pas puisque les gains au Loto ne s’inscrivent pas parmi les revenus non imposables et sont donc exonérés de cette taxe. L’ISF ou l’Impôt de Solidarité sur la Fortune est quant à lui plus subtil. En effet, l’ISF se déclare avant le 30 septembre et regarde la situation du 1er janvier. Ainsi, si vous gagnez à partir de septembre, le temps de toucher vos gains, vous ne serez pas imposé de l’ISF pour cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *